Chroniques d'une Working Mum insomniaque les nuits de pleine lune

Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi {Samedi, on lit ! #32}


Je partais en train, à Paris, en déplacement pro et comme il y avait pas mal de grèves d’annoncées, j’ai voyagé léger. Je n’ai donc pas embarqué mon tome 5 d’Outlander, qui pèse un âne mort avec ses 1500 pages.

Je suis donc partie avec ma Kindle, pleine à craquer. Oui, on ne sait jamais, si je ne trouvais pas de train pour rentrer, j’avais au moins 15 bouquins en réserve et une culotte en plus !

Pour mon trajet, j’ai choisi le dernier roman de Virginie Grimaldi. J’avais adoré le premier (ici) et très envie de plonger dans le second.

Tu comprendras quand tu seras plus grande – Virginie Grimaldi

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.

En bonne névrosée des transports que je suis, ceux qui me connaissent bien comprendront, j’étais donc à la gare très un peu en avance. J’ai donc commencé le roman sur le quai, et lorsqu’un train est arrivé, sans lever les yeux de ma Kindle, je me suis dirigée vers un wagon et j’ai failli monter dans le mauvais train ! Je n’avais pas écouté les annonces, trop captivée par ma lecture. Me suis rassise, morte de honte et morte de rire !

S’en sont suivies 2h 20 de trajet jusqu’à Paris, et je n’ai pas levé les yeux, sauf quelquefois pour regarder si quelqu’un me voyait me gondoler comme une bécasse ou chouiner comme une madeleine à 2 pages d’intervalle. A Paris, j’ai rejoint des collègues, soirée resto, le lendemain, salon des maires et enfin, l’heure du retour ! J’ai vite ressorti ma Kindle et j’ai replongé. La sénatrice assise en face de moi a du se dire que j’étais bien différente de « mon attitude normale de quand je bosse » ! Elle m’a vu me tordre de rire et surtout, ne plus réussir à retenir mes larmes, toute secouée de sanglots que j’étais ! Vu que j’étais maquillée, je me suis donc transformée en panda sous ses yeux ébahis !… Et timing parfait, je tournais la dernière page lorsque le contrôleur annonça la gare d’Angoulême.

Tout cela pour dire que ce second roman de Virginie Grimaldi, il est juste parfait, il touche la corde sensible. Julia, son héroïne perd son papa qu’elle chérissait, quitte son mec, perd sa mamie adorée avec qui elle partageait tout et elle part travailler dans une maison de retraite à Biarritz. On passe du rire aux larmes en suivant sa reconstruction. Les personnages sont tous très attachants, émouvants du vieux grincheux à la bonne copine toujours là quand il faut. Au travers de ses personnages à la fleur de la vie, il n’y a pas de tristesse, il y a du bonheur, beaucoup de bonheur. Le bonheur de ne pas oublier toutes ces décennies traversées, de ne pas jeter un regard envieux sur le passé, se souvenir des belles choses, ne pas oublier que nos aînés ont eu une vie avant et profiter du moment présent. Et puis surtout, il y a cet amour ! L’amour, d’une fille pour son père, sa mère, sa grand-mère, l’amour d’un papi pour sa petite mamie. C’est drôle, émouvant, touchant. Les sentiments sont forts et en plus de cette formidable histoire avec son final qui est juste bouleversant et criant d’amour, il y a le style de Virginie Grimaldi, style que j’adore, les mots qui touchent où ça fait mal, les expressions bien à elle, qui font mouche à chaque fois, ce regard qu’elle porte sur la vie qui l’entoure, sa façon de retranscrire les sentiments.

Après cette lecture, on n’a qu’une envie, profiter de ceux que l’on aime et surtout, leur crier qu’on les aime !

img_1346.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires

  1. Ben Ben
    4 juin 2016    

    J’ai adoré celui que tu m’as offert ! « le premier jour du reste de ma vie ».Léger et plein d’humour !!! Je l’ai lu très vite… Il va falloir que je lise aussi celui là alors !! 🙂

    • Lili Lili
      14 juin 2016    

      Il est très bien ! C’est très beau ! C’est poignant tout en étant léger ! On rigole et on chiâle !! Bisous !!

Un p'tit mot à laisser ?

Archives

Suivez-moi sur Hellocoton

Retrouvez Lilicerise sur Hellocoton

Abonnez-vous à ce blog par email.

Saisissez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

%d blogueurs aiment cette page :